Top 5 des épaves virtuelles « deep-dive »

Top 5 des épaves virtuelles « deep-dive »


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Selon l'UNESCO, environ trois millions d'épaves sont dispersées dans les canyons profonds, les tranchées et les récifs coralliens des océans et restent à découvrir. Ces épaves préservent des informations historiques et fournissent des indices sur la façon dont les gens vivaient dans le passé. Le terme « patrimoine culturel sous-marin » fait référence aux traces d'existence et d'activité humaines trouvées sur d'anciens navires coulés ou sur des cargaisons récupérées telles que des statues de bronze et des œuvres d'art inestimables.

Le galion au trésor espagnol, Nuestra Señora de Atocha, est l'épave la plus précieuse au monde, estimée à plus de 400 millions de dollars. Il faisait partie de la flotte Tierra Firme de 28 navires à destination de l'Espagne depuis Cuba en 1622 et transportait à bord les richesses de l'empire espagnol : des perles crémeuses du Venezuela, des émeraudes colombiennes scintillantes et plus de 40 tonnes d'or et d'argent. Les Atocha a navigué dans un ouragan au large de Key West, en Floride, et a coulé. Ses richesses ont été découvertes en 1985 par le célèbre chasseur de trésors Mel Fisher (1922-1998).

Grâce aux expositions et visites virtuelles, vous n'avez pas besoin de compétences en plongée pour explorer le patrimoine culturel sous-marin des océans. Vous pouvez faire une visite panoramique du navire préféré d'Henri VIII d'Angleterre (r. 1509-1547), la caraque Mary Rose, qui a coulé dans la Manche lors de la bataille du Solent le 19 juillet 1545. -ancienne épave phénicienne submergée en Méditerranée centrale ? Le musée virtuel « Underwater Malta » a un modèle 3D du navire et une application sur Google Play. Fasciné de savoir à quoi ressemblait la richesse de l'empire espagnol ? Visitez les trésors virtuels de Mel Fisher et le Atocha.

Il existe d'innombrables expositions virtuelles de musées maritimes, mais jetons un coup d'œil à cinq épaves avec des histoires intéressantes à raconter.

Vrouw Maria

Les Vrouw Maria était un hollandais du XVIIIe siècle koff navire qui a coulé dans les eaux finlandaises en route vers Saint-Pétersbourg en Russie. En septembre 1771, le navire a quitté son port d'attache d'Amsterdam et est entré dans le canal danois d'Öresund le 23 septembre. Le Sound Toll Register a enregistré des informations détaillées sur les navires et les cargaisons qui sont entrés dans le détroit danois et a répertorié les Vrouw Maria comme « Navire néerlandais no. 508." Sa cargaison a été noté comme du sucre et des textiles, du fromage et du beurre, des livres et des thés pour la noblesse russe, ainsi que 27 tableaux de valeur achetés pour l'impératrice Catherine la Grande (1729-1796) du marchand néerlandais Gerrit Braamkamp (1699-1771 ). Les peintures sont estimées par les experts en art aujourd'hui à environ 1,5 milliard d'euros (1,78 milliard de dollars) et devaient être incluses dans la collection de l'Ermitage.

Les Vrouw Maria s'échoua le 3 octobre 1771 par mauvais temps qui frappa l'archipel du sud-ouest de la Finlande. Il a fallu cinq jours pour que le navire coule, laissant le temps de récupérer une cargaison, mais les peintures de Catherine la Grande ont été perdues en mer. Les Vrouw MariaLe sort de l'île a été oublié jusqu'en 1999 lorsqu'une expédition finlandaise a découvert l'épave à une profondeur de 41 mètres (134 pieds) près de l'île de Jurmo dans la mer de l'archipel.

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

La question de la propriété du Vrouw Maria et sa cargaison est immédiatement apparue avec quatre pays revendiquant des droits : la Russie parce que la cargaison était en route là-bas ; la Suède, car la zone où le navire a été trouvé était sous domination suédoise au XVIIIe siècle ; les Pays-Bas puisqu'il s'agissait d'un navire hollandais ; et la Finlande, qui possède désormais les îles de la mer de l'archipel. C'est une question importante car à qui appartient l'histoire d'un naufrage ? Est-ce que le Vrouw Maria représentent le patrimoine culturel européen ou néerlandais commun ?

En 2012, le Musée maritime finlandais a mis en place une exposition de réalité virtuelle (ci-dessous) qui permet aux visiteurs de découvrir Vrouw Mariaest en train de couler et inspecter des parties de l'épave.

Des cartes téléchargeables sont disponibles qui montrent le plan de la Vrouw Maria. Vous pouvez également visiter le musée maritime Vrouw Maria, où vous trouverez une liste détaillée de la cargaison. Pour les aventuriers, plongez en profondeur et explorez l'épave.

Melckmeyt

Les Melckmeyt (« laitière ») est connue sous le nom de naufrage du contrebandier néerlandais. C'était un hollandais de 33 mètres de long (108 pieds) fluyt mais battait pavillon danois car, au moment de son naufrage en octobre 1659, il était illégal pour les Pays-Bas de commercer avec l'Islande (qui était alors dirigée par le Danemark). Le commerce islandais était strictement contrôlé par les Danois, mais les Néerlandais voyaient une opportunité de fournir aux Islandais les biens qu'ils désiraient, tels que les céréales et la céramique. Les marins hollandais de la Melckmeyt posé comme équipage danois.

Les fluyt était le navire préféré de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales parce qu'il était construit exclusivement pour le commerce.

Les fluyt (navire à trois mâts) était le navire préféré de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales car il était construit exclusivement pour le commerce, de construction légère et rapide sur les océans. Il ne put cependant pas dépasser une terrible tempête le 16 octobre 1659 et le navire coula au large de l'île islandaise isolée de Flatey.

Les Melckmeyt est la plus ancienne épave d'Islande, et elle a été découverte en 1992, remarquablement préservée grâce aux eaux glacées de l'Islande. Une reconstruction numérique du navire est disponible pour tout le monde à explorer et comprend la célèbre peinture de Johannes Vermeer (1632-1675), Trayeuse, sur la poupe. Il peut être visualisé à l'aide d'un casque de réalité virtuelle tel que Google Cardboard ou sur un ordinateur ou un smartphone. Les utilisateurs peuvent cliquer et faire glisser pour se déplacer dans l'épave.

Quelques épaves de flûte ont été trouvés, ce qui rend cette découverte archéologique sous-marine importante. Environ 300 pièces de céramique, principalement des faïences de Delft, ont été mises au jour avec des plaques d'étain. Le naufrage met en évidence la période de l'histoire économique islandaise où le Danemark régnait sur l'île et dominait le commerce maritime.

Londres

Les Londres était un navire de guerre Cromwellian de 76 canons qui a explosé après une explosion de poudre à canon en mars 1665. Il était en route depuis Chatham Dockyard, remontant la Tamise en direction de Gravesend. Le navire était mobilisé pour participer à la deuxième guerre anglo-néerlandaise (1665-1667), mais alors que 17 de ses canons étaient préparés pour une salve, une explosion de poudre à canon et un incendie qui en a résulté ont tué 300 membres d'équipage. Les Londres transportait également de nombreuses femmes, qui étaient vraisemblablement à bord pour dire adieu aux hommes qui se battraient.

Il n'y a pas de journaux de cette période pour enregistrer l'événement. La première édition du Gazette de Londres ne sortira qu'en novembre 1665, mais la création d'un journal était un moyen important d'enregistrer les observations et les événements, nous avons donc le journal de Samuel Pepys (1633-1703) vers lequel nous tourner. À l'époque, Pepys était greffier des actes au Conseil de la marine, et son journal du 8 mars 1665 enregistrait :

Ce matin, on m'apporte au bureau la triste nouvelle de « The London », dans laquelle les hommes de Sir J. Lawson l'emmenaient tous de Chatham au Hope, et de là il devait prendre la mer avec elle ; mais un peu de ce côté de la bouée du Nower, elle explosa tout à coup. Environ 24 [hommes] et une femme qui se trouvaient dans la maison ronde et le carrosse ont été sauvés ; le reste, étant au-dessus de 300, s'est noyé : le navire se brisant tout en morceaux, avec 80 pièces d'artillerie en laiton. Elle est coulée, avec sa maison ronde au-dessus de l'eau.

Les Londres a coulé dans la Tamise, se reposant dans le limon épais. C'était l'un des trois navires achevés de « second ordre » commandés pour la flotte anglaise, construits à Chatham dans le Kent en 1656. En 1658, il a gravé son nom dans l'histoire dans le cadre de la flotte qui a mis le cap sur les Pays-Bas pour récupérer Charles II. d'Angleterre (1630-1685), le rétablissant sur le trône.

L'épave a été découverte dans une voie maritime très fréquentée en 2005 lorsqu'un groupe de plongeurs s'est rendu sur le site, et son importance nationale a été reconnue lorsqu'elle a été protégée en vertu de la loi sur la protection des épaves en 2008.

Les artefacts qui ont été fouillés jusqu'à présent montrent comment les gens vivaient à bord du navire du XVIIe siècle : des bougies en cire d'abeille, des dizaines de chaussures en cuir, une cuillère en alliage de cuivre semblable aux cuillères à soupe d'aujourd'hui, des armes en bronze, des piques, un cadran solaire, des chopes à bière et chevalières. En 2015, un affût de canon en bois extrêmement rare a été récupéré à une profondeur de 20 mètres (65 pieds). Les eaux et les températures plus chaudes amènent les vers de mer xylophages dans les eaux où se trouvent de nombreuses épaves, y compris le Londres, mais vous pouvez faire une visite éducative approfondie de l'épave.

Les épaves du lac Champlain

Le lac Champlain, situé entre New York et le Vermont, est le sixième plus grand lac d'eau douce des États-Unis. Il mesure 201 kilomètres (125 miles) de long et 19 kilomètres (12 miles) à son point le plus large et abrite plus de 300 épaves bien conservées grâce à l'eau froide. En raison de COVID-19, le Musée maritime du lac Champlain est passé en ligne et, comme de nombreux musées, trouve de nouvelles façons de s'engager avec les communautés.

Deux des épaves les plus intéressantes sont le Horse Ferry et le Phoenix. Les deux navires soulignent l'importance de la navigation commerciale et du commerce sur le lac au 19e siècle. En 1983, un bateau ou un traversier à moteur presque intact a été découvert dans la baie de Burlington. Connu sous le nom de Burlington Bay Horse Ferry, c'est un exemple du type de navire qui était un moyen de transport populaire à travers le lac entre le Vermont et New York des années 1820 au début des années 1860.

Deux chevaux ont propulsé le traversier à roues latérales de 19,2 mètres (63 pieds) de long. Ils marchaient sur une grande roue horizontale qui tournait et actionnait les roues à aubes. Certains ferries à chevaux avaient huit à dix chevaux marchant en cercle autour d'une roue tournante au milieu du bateau. Les ferries à chevaux étaient également connus sous le nom de transport par « bateau d'équipe ». Le musée maritime du lac Champlain possède un schéma détaillé du Burlington Bay Horse Ferry, montrant l'arbre et les roues à aubes. Le bac est toujours submergé et dans un état fragile, mais c'est le seul exemple connu de bac à chevaux qui a fait l'objet d'une enquête archéologique.

Les Phénix est une autre épave gisant au fond du lac Champlain. Il s'agissait d'un bateau à vapeur commercial de 44,5 mètres (146 pieds) construit en 1815 par la Lake Champlain Steamboat Company.

Les Phénix Le titre de gloire est double : il a transporté le président James Monroe (1758-1831) lorsqu'il a voyagé dans la région en 1817, et il a pris feu et a coulé au nord de Colchester Shoal le 4 septembre 1819, devenant l'une des premières épaves de bateaux à vapeur de l'histoire des États-Unis. Une bougie allumée dans la cuisine a probablement causé l'incendie. Sur les 46 passagers, six ont péri. Les deux roues à aubes sont tombées au fond du lac Champlain et ont été découvertes en 2020, mais les restes du Phénix, avec sa coque en chêne blanc et en fer, repose toujours à une profondeur d'encre d'environ 33 mètres (110 pieds). Faites une visite de l'épave du bateau à vapeur avec le Musée maritime du lac Champlain.

Les naufrages de Monterrey

Le Bureau of Ocean Energy Management (BOEM) aux États-Unis a récemment lancé son Virtual Archaeology Museum. Le musée en ligne présente cinq épaves complètes avec des modèles 3D, des cartes et des vidéos. L'épave de Blake Ridge se trouve au large de la côte de la Caroline du Nord, tandis que les quatre autres sont submergées au fond du golfe du Mexique, où seuls les submersibles télécommandés peuvent explorer et étudier.

L'île de Galveston abritait le cape et l'épée Jean Laffite, un corsaire français.

Trois de ces quatre navires se trouvent à une profondeur d'environ 1310 mètres (4 300 pieds). Ils sont connus sous le nom d'épaves de Monterrey ou de Monterrey A, B et C. Il s'agit de l'épave la plus profonde jamais fouillée en Amérique du Nord. Malgré l'exploration avec des véhicules sous-marins, on ne sait pas où le trio se dirigeait ou leur pays d'origine. Le Monterrey A (qui a été découvert par Shell Oil en 2011) était un navire du début du XIXe siècle, à coque en bois et recouvert de cuivre, de 25,6 mètres (84 pieds) transportant cinq canons et des caisses de mousquets.

On sait peu de choses sur les navires, mais le Monterrey A était une goélette rapide à hunier et peut-être un corsaire armé, escortant le Monterrey B comme prise. Une cargaison de peaux et de poteries excavées de l'épave suggère qu'elle pourrait provenir du Mexique. Le Monterrey C ne transportait aucune cargaison et était équipé pour un voyage transatlantique.

Le début des années 1800 a été une période tumultueuse dans l'histoire : le Mexique avait obtenu son indépendance de l'Espagne, le Texas a déclaré son indépendance du Mexique et la France était occupée à vendre la Louisiane. Le temps était venu pour les corsaires. L'île Galveston (au large de la côte du golfe) abritait le cape et l'épée Jean Laffite (vers 1780 - vers 1823), un corsaire français. Il a établi une colonie de corsaires de 1 000 personnes appelée Campeche en 1817 et a reçu des commandes de l'Espagne, du Mexique et des États-Unis.

Une tombe d'eau fut le sort malheureux des trois navires. L'exploration a révélé qu'une ancre avait été arrachée à l'un des navires, l'explication la plus plausible étant une violente tempête qui a frappé le golfe du Mexique. Toutes les épaves sont des capsules temporelles et racontent les histoires de leur équipage et de leurs passagers. Plus de 60 artefacts bien conservés ont été récupérés jusqu'à présent dans les épaves de Monterrey, notamment des livres reliés en cuir, du suif, des lunettes, des bouteilles d'alcool, une carafe, du tissu, un pot en céramique, un télescope, une brosse en ivoire double face et des octants.

Explorez les ancres, les cadènes, le réchaud d'un navire et plus encore au musée virtuel BOEM, ou plongez en profondeur et découvrez les épaves de Monterrey et écoutez les archéologues interpréter les découvertes sur le site.

Le fond de l'océan est un musée, qui peut fournir des preuves vitales sur la façon dont les humains vivaient et commerçaient dans le passé, allaient à la guerre ou expédiaient des esclaves. Avec les visites virtuelles d'épaves, vous pouvez désormais apercevoir des moments dans le temps.


10 des meilleures aventures océaniques virtuelles

Explorant l'environnement corallien le plus connu au monde, sur la côte est de l'Australie, la Grande Barrière de Corail de David Attenborough est un voyage interactif autour de ce « monde beau mais menacé ». Il explore en détail certaines des 1 500 espèces de poissons et 600 types de coraux qui vivent sur le récif de 133 000 milles carrés, pour raconter l'histoire de l'un des écosystèmes les plus riches en biodiversité de la Terre et les dommages causés par le changement climatique - grâce à des timelapses interactifs , des vidéos, des cartes météo et même un outil de « vision de la crevette mante ». Dans le cadre du documentaire Netflix Chasing Coral, qui enquête sur le blanchissement des coraux dans le monde, l'Ocean Agency a créé une série d'images à 360 degrés sur Google Earth (cliquez sur les onglets en bas à gauche pour voler entre les emplacements). Essayez également AirPano, qui offre un aperçu d'un récif multicolore près de l'île de Komodo en Indonésie via une photo interactive.


Faites une visite virtuelle d'un naufrage du 17e siècle

En octobre 1659, le navire marchand hollandais Melckmeyt se préparait à naviguer de l'Islande à Amsterdam lorsqu'une violente tempête a frappé. Les membres d'équipage, dont l'un est mort dans le processus, ont passé deux jours à essayer d'empêcher le navire de couler, mais leurs efforts ont été vains. Les Melckmeyt, toujours chargé de cargaison, a plongé au fond des eaux glaciales au large de l'île de Flatey en Islande, où les membres d'équipage survivants ont été bloqués pour l'hiver.

Les plongeurs locaux ont découvert pour la première fois les restes de l'épave en 1992, rapporte Mindy Weisberger pour Sciences en direct. Bien qu'une grande partie du navire se soit détériorée au cours des siècles, sa coque inférieure de 108 pieds était incroyablement bien conservée. Maintenant, pour marquer le 360e anniversaire de la MelckmeytAprès la disparition du navire, les archéologues ont lancé une expérience de réalité virtuelle qui permet aux utilisateurs d'explorer l'épave telle qu'elle apparaît aujourd'hui et de voir à quoi aurait pu ressembler le navire dans les jours qui ont suivi son naufrage.

Ceux qui sont en Islande peuvent s'arrêter au musée maritime de Reykjavik pour visiter le Melckmeyt (néerlandais pour “milkmaid”) avec un casque VR. Les personnes plus éloignées peuvent utiliser un casque VR, un ordinateur ou un smartphone pour découvrir l'épave via une vidéo YouTube interactive.

Les utilisateurs explorent le navire en tant que plongeur, en cliquant et en faisant glisser pour se déplacer sur le site archéologique. La vidéo de trois minutes commence par un panoramique sur le MelckmeytLes ruines d'aujourd'hui, telles qu'on les voit aujourd'hui, offrent des détails d'identification sur diverses parties du navire. Ensuite, la scène pivote vers une reconstruction de ce que le Melckmeyt, un type de navire hollandais connu sous le nom de flûte, aurait pu ressembler à lorsqu'il a atterri au fond de la mer en 1659. Gardez un œil sur une reproduction de Johannes Vermeer ’s “The Milkmaid,” qui apparaît sur le même nom la poupe du navire à la minute 1:58.

Les archéologues maritimes du Musée national d'Islande ont d'abord enquêté sur le site de la catastrophe en 1993. Kevin Martin, chercheur à l'Université d'Islande, et des collègues de l'Agence du patrimoine culturel des Pays-Bas ont mené une enquête plus détaillée sur l'épave en 2016, faire des scans haute résolution utilisés plus tard pour créer l'expérience VR.

Selon la description de la vidéo YouTube, l'équipe a basé sa vue simulée du Melckmeyt vers 1659 sur un modèle réduit d'un navire séparé. Probablement une flûte, le navire a été construit au début du XVIIIe siècle et se trouve maintenant au musée maritime néerlandais de Rotterdam.

La "Milkmaid" de Vermeer est visible sur la poupe du navire à 1:58 dans la vidéo (Avec l'aimable autorisation de John McCarthy)

John McCarthy, archéologue maritime à l'université australienne Flinders qui a créé le modèle numérique, raconte Atlas ObscurSelon Isaac Schultz, l'expérience de réalité virtuelle est mieux décrite comme « 82202.5-D. » La présentation du navire en 3D aurait nécessité un ordinateur plus puissant, rendant ainsi le projet accessible à moins de personnes.

« Nous voulions qu'il soit rendu public et qu'il le montre aux gens », déclare McCarthy.

Les experts sont particulièrement intéressés par la Melckmeyt pour de multiples raisons : il s'agit de la plus ancienne épave connue et identifiée dans les eaux islandaises, et elle offre un exemple rare de navire à flûte qui remplissait autrefois la mer Baltique et était l'épine dorsale de la richesse des Pays-Bas, McCarthy dit à Schultz. "Vous les voyez dans beaucoup de peintures, mais en fait, trouver des épaves intactes de ce type est assez rare."

Il convient également de noter que le navire est une relique d'une période importante de l'histoire économique de l'Islande. Comme le Vigne de ReykjavikComme l'écrit Paul Fontaine, le Royaume du Danemark a imposé un monopole commercial au pays le 20 avril 1602. La mesure interdisait à toutes les autres nations européennes de commercer avec l'Islande, canalisant la richesse du pays vers un groupe restreint de Danois.

Selon une étude menée en 2013 par l'archéologue Nina Linde Jaspers, un marchand danois a embauché le Melckmeyt transporter des marchandises entre son pays d'origine et l'Islande. Le navire avait des liens étroits avec les Pays-Bas : il a probablement été construit dans le pays et était commandé par un Néerlandais qui opérait avec le soutien financier d'une famille marchande néerlandaise. Cela aurait dû interdire la Melckmeyt des eaux islandaises, mais comme l'explique Jaspers, la surveillance danoise du monopole commercial n'était pas particulièrement rigide. Trellund aurait fait naviguer le navire en Islande sous pavillon danois, vraisemblablement pour éviter toute attention indésirable.

Pendant des années, les restes de cette importante épave maritime étaient inaccessibles à tous, à l'exception de quelques plongeurs qualifiés. Mais grâce à la nouvelle expérience VR, tout le monde peut découvrir le Melckmeyt« Heureusement, note McCarthy, « sans s'immerger dans la mer glaciale de l'Atlantique Nord. »


Pourquoi l'Espagne cherche à cataloguer toutes ses épaves historiques

Pendant quatre siècles, la prodigieuse puissance navale de l'Espagne a construit un empire qui s'étendait sur le monde entier. Mais tous les voyages militaires ou marchands ne se sont pas bien terminés. Dans la première analyse du genre par une ancienne puissance coloniale, le ministère espagnol de la Culture a identifié 681 épaves dans les Caraïbes et le long de la côte atlantique sud des États-Unis. Ils datent de 1492, lorsque Christophe Colomb’ Santa Mar&# 237a a frappé un banc de sable près d'Haïti d'aujourd'hui, jusqu'en 1898, lorsque la marine américaine a coulé le Plutón au large de Cuba pendant la guerre hispano-américaine.

Carlos Léon Amores, un archéologue, a dirigé une équipe de recherche qui a passé cinq ans à fouiller dans les archives espagnoles pour identifier les vaisseaux condamnés, dont moins d'un quart ont été localisés avec précision. Plus de 90 pour cent ont sombré dans des tempêtes, seulement environ 2 pour cent ont été coulés par des pirates ou des marines rivales. Plus de 50 000 personnes ont péri, certaines d'entre elles ont réduit en esclavage des Africains.

Les navires transportaient diverses cargaisons, de la nourriture et des armes aux objets religieux, mais ce sont les produits scintillants des colonies espagnoles du Nouveau Monde qui ont longtemps suscité l'intérêt des historiens et des chercheurs de fortune. Déjà, la liste non publiée du gouvernement est appelée "la plus grande carte au trésor du monde". #8221

Ce n'est pas le premier tir officiel à travers l'arc. En 2012, l'Espagne a remporté un procès contre une entreprise de sauvetage américaine, qui a été contrainte de restituer 17 tonnes de pièces d'or et d'argent découvertes dans l'épave de la frégate. Nuestra Señora de las Mercedes, coulé par les Britanniques près du Portugal en 1804. Les autorités espagnoles sont actuellement impliquées dans un différend avec le gouvernement colombien et une autre entreprise américaine au sujet du naufrage du galion en 1708 San Joséé, qui contenait de l'or, de l'argent et des émeraudes pouvant valoir des milliards.

Pourtant, la valeur des épaves centenaires est plus que monétaire. Chaque navire qui a coulé entre l'Ancien Monde et le Nouveau est la preuve des débuts de la mondialisation. Le vrai trésor est une meilleure compréhension de cette puissante force économique qui continue de façonner le monde d'aujourd'hui.

Abonnez-vous au magazine Smithsonian maintenant pour seulement 12 $

Cet article est une sélection du numéro de septembre 2019 du magazine Smithsonian

À propos d'Amy Crawford

Amy Crawford est une journaliste indépendante basée au Michigan qui écrit sur les villes, la science, l'environnement, l'art et l'éducation. Un long moment Smithsonian contributeur, son travail apparaît également dans CityLab et le Boston Globe.


Un mémorial secret sous la mer : la chasse à la découverte du Vent soufflé Naufrage

Même après l'avènement des phares, qui ont fourni une certaine aide à la navigation, les côtes de Long Island ont été le théâtre de milliers de naufrages. Dans les années qui ont suivi, un petit groupe de pêcheurs a chassé de manière obsessionnelle pour eux. Dans les forums de pêche en ligne réservés aux membres, ils publient des mises à jour périodiques sur leurs exploits. Pour ces pêcheurs, leur objectif principal est d'être le premier à pêcher chaque épave, non seulement au large de Long Island, mais dans toute la région du centre de l'Atlantique et de la Nouvelle-Angleterre.

Parmi ces chasseurs d'épaves, le naufrage du Vent soufflé, un bateau de pêche commerciale qui a coulé au large de Montauk en 1984 avec quatre jeunes hommes à son bord, représente toujours un grand mystère. Certains pêcheurs d'épaves locaux croient que le Vent soufflé n'est pas, en fait, descendu à l'est de Montauk Point à proximité de Block Island, mais plus au sud, dans une zone connue sous le nom de Butterfish Hole.

Avant de mourir, Tim Coleman, un écrivain sur la pêche qui partageait également l'obsession de la recherche d'épaves, a fourni les coordonnées de l'endroit où il croyait que la coque du Vent soufflé pourrait encore être trouvé à Steven Cannizzo, un détective à la retraite de l'application de la loi maritime qui vit à Brooklyn, et que j'ai finalement retrouvé dans l'un des forums de pêche en ligne.

Bien que la position officielle dans les dossiers de la Garde côtière américaine répertorie les Vent souffléDernier emplacement connu de , latitude 40 degrés 30,1 minutes nord, longitude 72 degrés 21,4 minutes ouest, Coleman a proposé un emplacement légèrement différent après que plusieurs pêcheurs commerciaux de chalutiers ont continué à déchirer leurs filets sur un "nouveau coup" près des coordonnées en question. Position suggérée par Coleman : latitude 40 degrés 54,7 minutes nord, longitude 71 degrés 43,7 minutes ouest. Un dixième de minute peut représenter une différence d'environ 600 pieds.

Cannizzo a décidé qu'il était grand temps d'aller enquêter. Lors d'une expédition de pêche il y a quelques années, il est sorti avec un célèbre capitaine de bateau charter de l'East End et est tombé sur ce qu'il croyait être le profil de la coque endommagée du Vent soufflé sur son sondeur GPS Garmin. Étant donné que Coleman avait fourni à Cannizzo un emplacement arrondi, il a fallu un peu de patience pour enfin localiser la coque elle-même – du moins le pensait-il – à environ 1 000 à 2 000 pieds de distance. Une photocopie couleur qu'il a numérisée et envoyée par la poste montrait d'épaisses bandes rouges et oranges qui, selon lui, indiquaient la présence du navire de 65 pieds à coque en acier. Il se trouvait à une profondeur d'environ 30 brasses (ou environ 180 pieds) sous la surface. Après avoir révélé les coordonnées précises, il m'a juré de garder le secret.

"L'emplacement exact est un secret bien gardé car il est rare d'avoir une épave si près d'un grand port de pêche", a expliqué Cannizzo. "Les Vent soufflé était l'un de ces endroits « à trouver », et de nombreux pêcheurs qui ciblent la morue et le bar aimeraient savoir où il a coulé. »

Cannizzo croit que le Vent soufflé repose maintenant au fond du Butterfish Hole, juste à l'est des terrains de la CIA. Sur la base de ses conversations au fil des ans avec des plongeurs d'épaves et de sauvetage hautement qualifiés, Cannizzo a averti que "jusqu'à ce qu'un plongeur puisse descendre au fond et revenir avec une photographie ou des preuves physiques de l'épave, c'est la seule façon dont on peut faire une identification positive.

Outre l'attrait de l'enquête, ces pêcheurs recherchent des épaves car il y a généralement une bonne pêche à faire. Parmi les pêcheurs locaux, le Butterfish Hole est connu sous le nom de « l'Aquarium » en raison de sa tendance à attirer une variété de poissons-appâts, qui à leur tour attirent le poisson gibier, du thon rouge à une grande variété de grands requins qui sont ciblés par le haut et le pêcheurs de fond. Le Butterfish Hole est l'une des anomalies océaniques uniques au large de la côte sud de Long Island.

Créé au cours de la dernière période glaciaire, il contient une grande dépression où des tourbillons de courants chauds et froids se forment tout au long de l'année civile. Les plongeurs qui ont déjà visité d'autres épaves à proximité signalent un changement spectaculaire de la température de l'eau. Par exemple, pendant l'été, alors que la température de l'eau de surface peut atteindre 70 degrés ou plus, au fur et à mesure que les plongeurs descendent, ils commencent à ressentir un frisson notable, en particulier sur les petites zones exposées de leur visage non recouvertes de néoprène.

A l'endroit où Cannizzo croit que le Vent soufflé se repose, la température moyenne de l'eau est de l'ordre de 40 degrés pendant l'été. Certaines épaves s'animent en hiver, d'autres culminent pour la pêche en été. Le Butterfish Hole est chaud au début et à la fin de la saison de pêche hauturière du sud de la Nouvelle-Angleterre. Situé au sud et à portée de vue du phare de Montauk Point, à l'extrémité est de Long Island, il se trouve à proximité des voies de navigation entrantes et sortantes extrêmement fréquentées de Nantucket.

Avant que les pêcheurs commerciaux ou récréatifs ne connaissent l'existence du Butterfish Hole, les voiliers des siècles précédents traversaient l'océan Atlantique en route vers le port de Boston. Ils contournaient ensuite les dangereux Nantucket Shoals jusqu'à New York, passant sans le savoir juste au-dessus d'un trou profond et béant à la vue de Long Island. Mais contrairement au Lost at Sea Memorial situé au phare de Montauk, Cannizzo pense au Vent soufflé épave en tant que deuxième mémorial secret - son existence n'est connue que de quelques pêcheurs privilégiés.

Bien que le Vent soufflétimonerie en bois et les restes de ses quatre membres d'équipage se seraient dissipés depuis longtemps, Cannizzo espère que, sur la base des rapports des dragueurs qui ont déchiré leurs filets au fil des ans, le Vent souffléla coque en acier reste. Toutes ces décennies plus tard, Cannizzo aime imaginer la Vent soufflé au repos, enfoui à 30 brasses sous la surface. Il la voit au fond de l'océan, rejointe par des générations de pêcheurs perdus, ensevelis en mer, qui ne sont jamais rentrés chez eux. Pour Cannizzo, c'est un rappel que vous n'êtes jamais rentré d'un voyage de pêche jusqu'à ce que les lignes de votre navire soient à nouveau arrimées au quai.

Extrait de Les garçons perdus de Montauk : la véritable histoire du vent soufflé, quatre hommes qui ont disparu en mer et les survivants qu'ils ont laissés derrière eux. Réimprimé avec la permission de l'éditeur, Gallery Books, une division de Simon & Schuster, Inc. Copyright © 2021 par Amanda M. Fairbanks.


Rencontrez le commandant de la marine américaine à la retraite qui a localisé le naufrage le plus profond de l'histoire

Julia Zaltzman

Les histoires les plus récentes de Julia Zaltzman

Avec l'aimable autorisation de Reeve Jolliffe

Le propriétaire du superyacht Victor Vescovo a l'habitude de faire les gros titres, mais cette fois, c'est personnel. Le 31 mars, il pilotait son submersible DSV Facteur limitant à la plongée sur épave la plus profonde de l'histoire et est devenu la première personne à assister à l'USS Johnson depuis qu'il a coulé lors d'une bataille de la Seconde Guerre mondiale au large des Philippines en 1944. Le commandant de la marine américaine à la retraite, qui a servi dans la marine américaine pendant 20 ans, a expliqué les plongées, racontant Rapport Robb il a trouvé l'événement &ldquoemotional.&rdquo

Histoires liées

"C'était une plongée vraiment spéciale pour moi", a déclaré Vescovo, quelques heures seulement après l'événement, alors qu'il était encore à bord de son navire DSSV La chute de pression. &ldquoLe premier livre que j'ai sorti d'une bibliothèque était un livre d'histoire militaire, alors j'y ai été imprégné toute ma vie. Être la première personne à voir l'épave du Johnson était incroyablement émouvant et un vrai privilège.&rdquo

Vescovo a financé en privé l'expédition qui a réussi à relocaliser, inspecter et filmer l'épave à une profondeur de 21 180 pieds. EYOS Expéditions a organisé la plongée. Les Johnson, un destroyer de classe Fletcher de la Marine, a coulé pendant la bataille du golfe de Leyte contre les forces japonaises. Il est largement cité comme la plus grande bataille navale de l'histoire. Vescovo était accompagné lors des plongées par l'historien de l'expédition, navigateur et spécialiste de mission, Parks Stephenson, lieutenant-commandant de l'US Navy (à la retraite) et le spécialiste de mission Shane Eigler, technicien supérieur de sous-marins chez Triton Submarines. Kelvin Murray, chef d'expédition à EYOS, était également présent.

Chute de pression DSSV a emporté le submersible Facteur limitant pour plonger les points les plus profonds des océans du monde. Avec l'aimable autorisation des expéditions EYOS

L'épave a été initialement découverte en 2019 par feu Paul Allen&rsquos R/V Pétrel sous la direction de l'explorateur d'épaves océaniques Robert Kraft. Des morceaux de l'épave ont été filmés par un véhicule télécommandé (ROV), mais il a maintenant été découvert que les deux tiers avant de l'épave, y compris sa proue, son pont et sa section médiane, étaient plus profonds que la limite de profondeur nominale du ROV. d'environ 20 000 pieds. En revanche, Vescovo&rsquos Facteur limitant, un sous-marin Triton 36000/2 Full Ocean Depth, n'a pas de limitation de profondeur de fonctionnement. Il ne nécessite pas d'attache à la surface et peut contenir deux occupants pour une visite et une analyse en temps réel des épaves.

&ldquoRobert Kraft et le groupe Vulcain qui sont venus ici il y a des années ont trouvé ce qu'ils croyaient être l'épave,&rdquo dit Vescovo. &ldquoIls ont découvert des parties de la partie arrière du navire, qui ont été brisées et brisées. Nous nous attendions à voir quelque chose de similaire, mais il semble que ce qu'ils ont filmé soit l'épave qui a été emportée par le navire lorsqu'elle a heurté la surface. Les deux tiers avant du navire sont restés intacts et nous avons pu tout voir.

Le numéro de coque &ldquo557&rdquo était clairement visible des deux côtés de sa proue, ainsi que deux tourelles complètes de 5 pouces, deux porte-torpilles et plusieurs supports de canon en place sur la superstructure. Aucun reste humain ou vêtement n'a été vu et rien n'a été retiré de l'épave.

Shane Eigler, Victor Vescovo and Parks Stephenson were all part of the voyage of discovery. Courtesy EYOS Expeditions

&ldquoWe saw the bridge and two gun mounts pointed in the same direction where they were firing their last shells at the Japanese destroyers that sank them,&rdquo says Vescovo. &ldquoIt was just extraordinary.&rdquo

It took four separate dives to locate and survey the wreck that lies in water 62 percent deeper than the Titanesque. &ldquoOn the first dive, we had analysis of where it should be but we didn’t quite get to it,&rdquo says Vescovo. &ldquoWe had a minor technical problem on the second that caused us to have to abort the dive. But on the third, we actually picked up the wreck on the sub&rsquos sonar and were able to locate it. We spent as much time as we could on the fourth dive filming and taking photos.&rdquo

The entire wreck site of the 376-foot vessel occupies a concentrated small area, making it difficult to locate. But the highly maneuverable submersible was able to conduct a thorough survey of the wreck to verify its identity, construct a map of its layout and obtain high-definition imagery that can be used by naval historians.

Les USS Johnson‘s forward section was largely intact after being destroyed by Japanese warships in 1944. Courtesy Eyos Expeditions

&ldquoIt was very hard to find but once we did, we went up and down the length of it and saw the shell holes from where she was hit according to historical records,&rdquo says Vescovo, who held ongoing discussions with Navy Heritage and History Command. &ldquoThe historical record isn’t clear on which Japanese ships did the most damage to her, but our preliminary analysis indicates she might have taken some of the worst blows from the Imperial Japanese Navy battleship Yamato. It’s only a hypothesis, but it would be an amazing conclusion to confirm that she did take heavy fire from the largest battleship ever constructed. A true David and Goliath story.&rdquo

In 2019, following the Five Deeps Expedition, Vescovo became the first person in history to have been to the top of all the world&rsquos continents, both Poles and the bottom of all its oceans.

But there are other voyages ahead. Three other wrecks remain undiscovered from the Battle of Leyte Gulf, and Vescovo is intent on finding them. &ldquoOne is the aircraft carrier USS Gambier Bay,&rdquo he says. &ldquoWe’ve just started to open the door.&rdquo


The 25 Coolest Shipwrecks In the World

Grab your scuba gear, because we're about to go deep&mdashunless you suffer from thalassophobia.

Humans are really good at sinking ships. So good, that the United Nations estimates that there are three million wrecked along the ocean floor. So we've rounded up 25 ships that wow us, make us scratch our heads, or even experience submechanophobia, a fear of fully or partially submerged manmade objects.

Location: Red Sea (near Egypt)

The Giannis D went by many names before it sunk. At first, the cargo ship was built as the "Shoyo Maru" in Imabari, Japan in 1969. It was eventually sold in 1975 and renamed "Markus." Then it was sold again in 1980 to the Dumarc Shipping and Trading Corporation in Piraeus, Greece, and renamed the "Giannis D."

Its last voyage departed from Rijeka, Yugoslavia, in 1983, carrying lumber bound for Jeddah in Saudi Arabia and Yemen.

Here's how the ship took on water and sunk, according to The Red Sea Project:

"On 19 April 1983 the ship was in transit in the Straits of Gubal, which is a rather narrow shipping lane before reaching the open waters of the Red Sea. Once on course for open water, the Captain turned over the helm to one of his junior officers and retired to his cabin to rest. Soon afterwards he was rudely awakened by the sound of his ship running aground. It appeared that the Giannis D had drifted west of her set course and ran aground at full speed on the northwest edge of the Sha&rsquoab Abu Nuhas Reef."

Today, the ship lies at the bottom of the Red Sea in three sections. The crumpled bow is about 10 meters below the surface.

Location: Tobermory, Ontario

Big Tub Harbour is the place to be if you're a diver. Just about three hours northwest of Toronto, the body of water is home to over 20 shipwrecks. It's sort of like the Bermuda Triangle of Ontario, Canada.

It's hard for photos to do this one justice, but the star shipwreck is easily "Sweepstakes," a Great Lakes Schooner built in 1867 in Burlington, Ontario. In its heyday, it weighed 218 gross tonnes and was 119 feet long.

In the summer of 1885, Sweepstakes was hauling coal near Cove Island by Tobermory when it somehow sustained hull damage. It was towed to Big Tub Harbour for repairs, but it was too expensive. All the valuables were stripped, and then she was sunk.

Luckily, you needn't be a diver to experience this ship in real life. Boat tours with glass bottoms routinely take tourists to visit the wreck, which lies close to the surface of the water in Big Tub Harbour. Of course, it's also a destination for divers.

Location: Lake Michigan

Ten years ago, Diver and maritime history buff Bernie Hellstrom came across two schooners that had collided and sunk into the depths of northern Lake Michigan more than 140 years ago. This happened when he was looking for shipwrecks and a depth sounder on his boat (an ultrasonic instrument used to measure the depth of water under a ship) detected an object that was over 200 feet down at the bottom of the lake.

Hellstrom later went back to the site with a custom-made camera and discovered two ships, the Peshtigo and St. Andrews, about 10 feet apart from one another. The ships had collided back in 1878, but it was thought that they had sunk in Lake Huron.

Location: Key West, Florida

Not all shipwrecks are accidents.

The U.S. Navy originally used the USNS General Hoyt S Vandenberg as a military troop transport and missile-tracking ship during World War II. In 1983, the ship was officially retired.

It was intentionally sunk in May 2009 to serve as an artificial coral reef. The ship went down 140 feet, leaving about 40 feet of clearance between the wreckage and the surface of the water. The ship formerly weighed 17,120 tons and was 522 feet, 10 inches long.

Location: Solomon Island

To call this guy a shipwreck would only be half-true since it's only half sunk in the Solomon Islands. The former cruise ship had a nasty run-in with an uncharted coral reef back in 2000 that left it in a permanent lean-with-it-rock-with-it pose.

A few salvage companies have taken interest in the ship only to find that it was ransacked of most of the goods during the Solomon Islands's Civil War between 1998 and 2003.

Location: Niagara Falls

The next time you're feeling lazy, just move your attention to this ship, which didn't move for literally 101 years until November 2019. This iron scow, unofficially named the "Niagara Scow," is a boat that two sailors nearly steered over the falls back in 1918.

Fortunately, they were rescued, but the boat remained. In fact, officials thought the boat was lodged for good.

&ldquoI thought it would be there for all time,&rdquo David Adames, chief executive of the Niagara Parks Commission, told The New York Times. &ldquoThe wreck has been out there for 100 years. It&rsquos just part of the Niagara Falls story.&rdquo

It moved 160 feet downstream after a storm surge caused winds in excess of 50 miles per hour.

Location: Chuuk Lagoon, Federated States of Micronesia

Coming in at 450 feet long, the ship&mdashwhich Mitsubishi built for shipowners Toyo Kaiun back in 1938&mdashwas used as a liner in the North American run and later carried cargo like raw silk, cotton, jute and flax.

Just a year before Pearl Harbor, in 1940, the Imperial Japanese Navy took over the Fujikawa and converted it into an aircraft ferry, complete with stern guns salvaged from old military ships. In September 1943, an American submarine, Permit, hit the ship with a torpedo. By the following year, the ship was back in service again until it was hit by yet another torpedo, this time launched by a strike bomber attached to a carrier group that included the USS Monterey et Colline du bunker. It eventually sunk in Chuuk Lagoon.

Chuuk Lagoon, itself, was considered the strongest Japanese stronghold in the Pacific during World War II, so there are a number of other wrecks across the atoll. In 1971, oceanologist Jacques Cousteau released a television documentary on the area and its remains, which quickly became a diving destination.

Location: Namibia

For the non-diver, the Eduard Bohlen shipwreck along Namibia's Skeleton Coast, a graveyard of wrecked ships, is a treat. Though, it's one you'll likely never see in-person because it's nefariously hard to get to it in the first place: you need a license and a guide with a special vehicle to go visit it and even then it's typically only accessed from the air.

In 1909, the ship hit land while stuck in a cloud of thick fog. Now, it lies nearly a mile inland.

Location: Scapa Flow, Scotland

In June 1919, during the first World War, the German fleet was destroyed by the Royal Navy near Scotland's Scapa Flow in the Orkney Islands. The boats were to be surrendered and disarmed: they were being used as gambling chips in Paris while peace talks ensued.

After having been interned for a few days, the ships began to stink. They were not meant to be lived on. Most of the men were vacated from the ships, leaving a skeleton staff to run them. Not knowing that an armistice had been extended and thinking that Germany and the Allied Powers were about to go back to war, the German Fleet Commander, Rear Admiral Ludwig von Reuter, ordered that all the ships be scuttled, or intentionally sunk.

Location: Bermuda

Built in England in 1864, then launched to sea three years later, the HMS Vixen was a behemoth gunboat whose hull was completely covered in teakwood, which is popular on today's boat decks. Supposedly, the boat was the slowest ironclad vessel in the Royal Navy.

Whether or not that's true doesn't matter, just the outcome&mdashafter sea trials, the Vixen and her sister, Viper, were considered too slow and were deemed unseaworthy. They were each towed to Bermuda in 1888 to serve as defense ships. By 1896, the ship's machinery and engines had all been removed and Vixen was used to block a narrow channel off Daniel's Bay to prevent torpedo attacks. In the process, friendly boats were also shooed off.

Today, the bow of the HMS Vixen sticks out of the waters it's submerged in. It's a protected wreck, now, meaning you must have a permit to scuba dive inside or take anything, though snorkeling is allowed. Glass bottom boat tours also frequent the site.

Location: Oregon

Along the coast of Oregon, you can see the ghoulish shadow of the Peter Iredale wreck at sunset. If that's too spooky, the day works, too&mdashthis thing is definitely not going anywhere.

The ship was formerly a four-masted steel barque sailing vessel owned by the British company Iredale & Porter. In 1906, the ship was leaving Santa Cruz, Mexico and heading to Portland, Oregon to pick up wheat headed for the United Kingdom when a storm hit. It instantly became a tourist hit.

Location: Palau

While the more well-known World War II ship graveyard is Chuuk Lagoon, Palau is also home to 60 wrecks of its own, perfect for the sightseeing diver as many are relatively close to the ocean's surface.

Iro Maru, which was nearly 470 feet long, sank in 1944 during what was known as "Operation Desecrate 1," a prep mission the U.S. Navy made before overtaking Papua New Guinea. The ship is wrecked in the upright position at 120 feet below the surface at its deepest.

Loads of fish and corals have covered the wreck and made it into a home, but there is also live ammunition strewn about the deck, still, so divers should use caution if they're heading to the lower parts.

Location: Cayman Islands

L'USS Kittiwake, a former submarine rescue ship, was intentionally sunk as an artificial reef in the British Cayman Islands. It was launched on July 10, 1945 and was decommissioned on September 30, 1994. Throughout its 49-year tenure, the 251-foot ship accompanied subs during sea trials and during missions where the crew would practice underwater rescue missions.

While many of its stories are still considered classified information, one of the Kittiwake's best-known stories came right after the Challenger space shuttle disaster in 1986. The Department of Defense and U.S. Coast Guard were on a massive search for the space ship's black box and it was the Kittiwake and her crew that eventually found it at the bottom of the Atlantic Ocean.

Location: Sleeping Bear Dune, Lake Michigan

The James McBride was launched in 1848 on April Fool's Day. Nine years later, she took a journey to the Manitou Islands, carrying a cargo of wood. On a return trip to Chicago, the ship encountered a gale and was driven to the shore near Sleeping Bear Dune and was abandoned to the elements&mdashher owner, John Stafford, had little concern as the ship drove more profits than his initial investment of $4,000.

Location: Iceland

Known as the "Milkmaid" in English, the Melckmeyt is the oldest known shipwreck in Iceland, found just off the coast of the tiny island, Flatey. It sunk as part of a smuggler's run gone awry. The wreckage wasn't discovered until 1992. The 108-foot ship was covered beneath 40 feet of water.

Since then, archaeologists have gone nuts studying it, even creating a virtual reality diving experience to commemorate its 360th birthday.

Location: Stockholm, Sweden

The Vasa, a 17-century Swedish ship, sunk on its maiden voyage out of the Stockholm harbor. In 1628, it sunk right before the eyes of onlookers. It was supposed to be the most technical ship ever built in Sweden, but instead it ended up an engineering disaster. The gun deck was far too heavy and had been built by someone with no experience on ships.

Because the water is so cold and poor in oxygen, worms did not eat up the entire wooden ship. When it was rediscovered and raised in 1961, it was about 95 percent intact. The remains are held at the Vasa Museum in Stockholm.

Location: Australie

Formerly a luxury cruise ship&mdashand then converted into a World War I hospital ship&mdashthe SS Maheno went into action in 1915, transporting casualties between Sydney and Melbourne. Eventually, the ship was called to the United Kingdom, where it carried patients from France to England.

In July 1935, the Maheno was purchased by an Osaka shipbreaker but never made it. The towline was severed in half during a cyclone about 50 miles off the coast. Today, it's rusting on the beach, but visitors cannot visit the wreck as it's extremely dangerous.

Location: Lanai, Hawaii

Known as "Shipwreck Beach," this spot in Lanai is known as a hazardous location for ships. With strong trade winds and big channel swells, it's not altogether surprising that over a dozen ships have been intentionally and unintentionally grounded here.

The YOGN-42, shown in this video, is a World War II-era fuel tanker. It's the main attraction at the beach as it's not even fully covered by water. From afar, it actually looks like it could be a regular boat docked near the shore. Since steel was scarce, the ship was built of ferroconcrete&mdasha frame of metal mesh or steel-alloy rebar to which a concrete mixture was added in layers.

Location: Sydney, Australia

The SS Ayrfield, a former cargo freighter built back in 1911, is just one of four abandoned ships haunting Australia's Homebush Bay. Once a former home of industry, Homebush Bay was contaminated and then revamped into a suburb. The boats are reminders of the Bay's industrial past, but only the SS Ayrfield is overgrown with trees.

Location: Navagio Beach, Greece

Beached within a cove where many tourists still gather today in Greece, a smuggler's boat looks like an art installation or an otherwise welcome guest. Beachcombers take photos in front of the shipwreck and set up their towels next to it for the day. Prior to becoming a permanent statue on this beach, though, the Panagiotis was run by smugglers carrying cigarettes and booze. Trying to escape from authorities, the ship crashed right into the cove in 1983.

Location: Bikini Atoll

Situated about 30 hours worth of travel from the closest airport in the Marshall Islands, an 880-foot aircraft carrier is sunk in Bikini Atoll, a nearby coral reef. A 1946 nuclear test blast sunk the ship.

Location: Bermuda

Formerly operated by the Navy and built in Pennsylvania in 1943, the Hermes is the most famous shipwreck in Bermuda thanks to its complete structure. At 165 feet long, it's not a massive wreck, but its location is convenient for free divers, given that it's situated upright in 80 feet of water. The ship is mostly clear of marine growth, though many damsel fish have made it their home.

Location: Larnaca, Cyprus

This roll-on/roll-off ferry was meant to take ships to sea, but instead met its fate beneath the clear waters in Larnaca bay in 1980 on her maiden voyage. The ship was headed from Malmö to Syria, but never made it. As the ferry got closer to Greece, it began listing to port. A computer malfunction was allowing excess water to be pumped inside the ballast tanks. The problem eventually went away and it continued its journey.

When the water began seeping inside once more, the captain was ordered to take the ship out of Larnaca Harbor in case it sunk and could harm other ships. That night, it sank. The ship was loaded with 100 trips, which are all still loaded on its back. The ship is viewable from above the water, as it's only between 50 and 140 feet below the surface.

Location: Oahu, Hawaii

The Sea Tiger originally carried 93 illegal Chinese immigrants, but now rests just a quick boat ride away from Waikiki Beach. This boat was intentionally sunk to become an artificial reef in 1999. Since then, it's become overrun with sea life like moray eels, green sea turtles, and squirrelfish. The boat's depth comes in from 80 to 127 feet.

Location: Palos Verdes Peninsula, California

The Dominator was a freight ship that hit the Palos Verdes Peninsula in 1961 after sailing through a thick patch of fog. The wreckage is typically above the water line, making this ship accessible for non-divers.

To see this rusting hulk, start at Lunada Bay and walk north to Palos Verdes Point which is just under a half mile away.


Virtual Experiences: A Deep-Sea Adventure

If I could, I would pick up a paintbrush and paint the world in different shades of blue. I would trade my sturdy toes for webbed feet and wish for the ability to breathe underwater. But until then, I take what I can get and, for now, the only thing that keeps me from missing the vast waters are virtual tours of deep seas from around the world

David Attenborough&rsquos Coral Reef

A winning combination like no other: David Attenborough&rsquos smooth, gripping voice and the stunning Great Barrier Reef . Attracting thousands of animals each year, this reef is one of the most fragile environments in the world and one of the most popular ones too. The virtual tour is quite interactive, with short videos, quick facts, maps and timelapse. It accounts for over 1,500 species of fish and around 600 different types of corals that thrive in the reef. Our favourite bit is the &lsquomantis shrimp vision&rsquo, a tool through which you can see the world the way a mantis shrimp does.

Swimming with Sea Turtles

Sea turtles are magnificent creatures known for their long, long lives and their ability to hold their breath underwater for seven hours. We love BBC Earth&rsquos adorable turtle hatching experience and Airpano VR&rsquos sea turtles near Jardines de la Reina archipelago, Cuba.

Shipwreck Diving

Mysterious, stuck in time and sometimes, downright terrifying, shipwreck expeditions are not everybody&rsquos cup of tea. But we suggest you give their virtual version a chance, if not for a glimpse of what the real thing could be like. There are plenty of sites near New Zealand including the HMNZA Canterbury and MS Mikhail Lermontov. Xlvisuals Limited offers immersive, 360-degree videos of these warships and ocean liners these videos are the only way to see MS Mikhail Lermontov as parts of the warship was collapsed after an earthquake in 2016. The Smithsonian allows viewers to explore 17th-century Melckmeyt without the freezing waters of Iceland.

Diving with Sharks

Though not so scary in a virtual setting (we are all over Jaws, by now) a dive with sharks is nothing short of extraordinary. See Discovery Channel &rsquos take on the whale shark (largest fish on Earth) that was filmed on the coast of Mexico. This 360-degree video isn&rsquot very long but captures them mid feeding and allows viewers to observe them in great detail. If you are the patient type, then opt for Exploreorg&rsquos webcam stream and if you are lucky, you might get a glimpse of a shark in Atlantic of Cape Fear in North Carolina.

Diving with Jellyfish

Airpano has much under its sleeve, but our absolute favourite is their 360 degree, diving with Jellyfish in Indonesian waters. Translucent and mesmerising to the core, these jellyfish are a delight to experience virtually you can change angles and locations to observe them better. They are quite dangerous, so any experience that doesn&rsquot put either party in danger is quite unique.


WHITEFISH POINT IS A NO DRONE ZONE

For the safety and security of our patrons and property, Whitefish Point is a No Drone Zone. This includes US Fish & Wildlife Service Property/Seney National Wildlife Refuge (Whitefish Point Unit), Whitefish Point Bird Observatory/Michigan Audobon Society property is also protected as a No Drone Zone. Take all the pictures and videos you want, but be sure to leave your drone at home or in your vehicle! Thank you for respecting our No Drone Zone policy.


Magic and the macabre

From the remains of two Vesuvius victims frozen in their agonized death throes to a suspected “witch bottle,” or protective talisman filled with nails, 2020 was filled with eerie finds. Topping the charts in the category of ritual and superstition were “witches’ marks” carved into a medieval English church (the engravings featured spoke-like lines radiating out from central holes, perhaps meant to entrap malicious spirits in an endless maze) sacrificed llamas buried alive by Inca people in the mid-15th century and the 8,000-year-old remains of a child buried without their arm and leg bones, likely as part of a ceremony, in what is now Indonesia.

Researchers also found instruments, decorations and keepsakes crafted out of the bones of Bronze Age Britons’ relatives. “Even in modern secular societies, human remains are seen as particularly powerful objects, and this seems to hold true for people of the Bronze Age,” scholar Tom Booth told BBC News. “However, they treated and interacted with the dead in ways which are inconceivably macabre to us today.”

Archaeologists made plaster casts of the pair, who are thought to be a high-status older man and a younger enslaved individual. (Pompeii Archaeological Park)

The remains of Takabuti, a young woman who was murdered in Egypt in the seventh century B.C. (© Ulster Museum)


Voir la vidéo: Epave du Markgraf Scapa Flow


Commentaires:

  1. Kerisar

    Je m'excuse, mais ce n'est pas tout à fait ce dont j'ai besoin. Y a-t-il d'autres variantes?

  2. Burke

    la phrase remarquable et est opportun

  3. Jela

    Baise un étudiant sobre ... Othello a raté! Un fort bruissement d'argent est entendu - cette gaffe est allée à la ponte! Le destin, en tant que femme, devrait être surpris avec une bonne fin et un virage soudain. Peu importe combien vous mentez à l'État, vous ne pouvez toujours pas récupérer le vôtre.

  4. Kaelen

    C'est l'erreur.



Écrire un message